Deux jours d’épisodes de pollution aux particules PM10

Mercredi 10 et jeudi 11 novembre 2021, l’Île-de-France a connu un épisode de pollution, avec un dépassement du seuil d’information et de recommandation pour les particules (PM10).

L’épisode est dû à une combinaison :

  • de fortes émissions de particules PM10 dues lors de cet épisode de pollution aux émissions locales pour 3/4 de particules liées au chauffage au bois, et pour 1/4 au trafic routier;
  • de conditions météorologiques peu dispersives (inversion de la température, vitesse de vent très faible, hauteur de couche très basse) ayant provoqué l’accumulation de la pollution au-dessus de l’agglomération parisienne ;

Cela a conduit à des concentrations journalières maximales en particules PM10 de 67 µg/m3 le mercredi 10 et de 61 µg/m3 le jeudi 11 (selon les critères de l'arrêté interpréfectoral en vigueur), dépassant ainsi le seuil réglementaire de 50 µg/m3. L’épisode de pollution a particulièrement touché Paris et le nord de l’Île-de-France.

 
Concentrations moyenne de particules PM10 en Ile-de-France le 10 novembre 2021

 

Durant l’épisode de pollution, les niveaux de particules fines (PM2.5) et de dioxyde d’azote (NO2) ont été également élevés (sans dépassement du seuil d’information pour ce dernier), participant à la dégradation de la qualité de l’air. Notons que les particules PM2.5ne sont pas actuellement intégrées à la procédure, leur intégration est en cours de réflexion suite à l’avis de l’ANSES à ce sujet.

Le vendredi 12 novembre, le changement de régime des vents a favorisé la dispersion de la pollution et a fait baisser les concentrations de particules PM10 en Île-de-France.

 

Mise en place de mesure d’urgence de la part de la préfecture de police de Paris

La préfecture de police de Paris a durant l’épisode de pollution mis en place plusieurs mesures d’urgence, et notamment :

  • L’interdiction de l’utilisation du chauffage individuel au bois d’appoint ou d’agrément,
  • La réduction de la vitesse maximale autorisée,
  • L’obligation de contournement par la rocade francilienne pour les véhicules en transit dont le PTAC excède 3,5 tonnes.
  • Il a été recommandé de limiter au maximum les déplacements en voiture, de privilégier le télétravail et, en cas de nécessité, de pratiquer le covoiturage dans le respect des gestes barrières avec notamment le port du masque obligatoire (en absence de protection physique séparant le conducteur du passager).
  • Suspension des dérogations de brûlage à l’air libre des déchets verts. Pour le secteur industriel, certaines installations classées pour la protection de l’environnement font l’objet de prescriptions particulières en cas de déclenchement de la procédure d’alerte pollution, précisées dans leurs arrêtés d’autorisation. 

L’ensemble des mesures d’urgence mises en place par la Préfecture de Police peuvent être retrouvées sur leur site.


Recommandations sanitaires

Pour rappel, les particules aggravent certaines pathologies respiratoires et cardiaques. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère qu’il n’existe pas de seuil au-dessous duquel les particules n’ont pas d’impact sanitaire. Tout microgramme de concentration en moins représente un gain sanitaire pour les Franciliens.

L'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France recommande pour les populations vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisances cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques) et sensibles : 

  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d'un professionnel de santé ; 
  • privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d'effort ; 
  • prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant ; 
  • évitez les zones à fort trafic routier, aux périodes de pointe ; 
  • privilégiez les activités modérées. 

Pour la population générale : 

  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d'un professionnel de santé ; 
  • privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d'effort ;