Titre De la mesure à l'information

La maîtrise des données :

Chaque année, en provenance des appareils automatiques ou des tubes passifs, près de 6 millions de nouvelles données de pollution convergent vers l'ordinateur central d'Airparif.
Pour maîtriser ce flot ininterrompu d'informations, il faut simplifier, classifier les données afin de discerner les données moyennes des données de pointes, les comparer aux normes en vigueur et apporter une information à tous sous forme de bilans, de graphiques, de cartes de pollution ou d'indices de qualité de l'air.

Schéma de la mesure à l'information

De la mesure à l'information

1. Prélever

Les analyseurs automatiques aspirent l'air à l'extérieur de la station de mesure, au niveau d'une tête de prélèvement, à l'aide d'une pompe. Par contre, les tubes chimiques s'imprègnent de polluant de manière passive.

2. Analyser

La concentration de polluants est directement estimée par le préleveur automatique. Les tubes passifs nécessitent une analyse en laboratoire en fonction des caractéristiques optiques, physiques ou chimiques des polluants.

3. Transmettre

Les signaux électriques fournis par les analyseurs automatiques sont convertis en données numériques par un micro-ordinateur. Chaque quart d'heure celui-ci établit pour tous les analyseurs des moyennes à partir des mesures effectuées en continu. Les données sont ensuite transmises, par ligne téléphonique, plusieurs fois par jour, à l'ordinateur central d'Airparif puis stockées en base de données. En cas d'épisode de pollution, ces données sont rapatriées automatiquement tous les quart d'heure pour l'ensemble des stations. Quant aux résultats d'analyse en laboratoire des tubes chimiques, ils sont saisis manuellement dans la base de données.

4. Valider et utiliser

A partir des "données quart d'heure" des stations automatiques, des moyennes pour chaque heure et pour chaque jour sont calculées. Les tubes chimiques fournissent une information hebdomadaire à travers une moyenne sur une semaine.
Toutes ces données sont ensuite validées puis exploitées par les techniciens et ingénieurs d'Airparif.
Elles alimentent d'autres outils de surveillance comme les modèles pour faire des cartes, des prévisions, évaluer l'impact d'actions de réduction ou l'évolution possible des niveaux de pollution dans les années à venir selon différentes hypothèses (lien rubrique modélisation). Elles permettent également des comparaisons avec les critères de qualité de l'air établis par les directives européennes ou les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

5. Informer

Chaque jour, les données du réseau de surveillance permettent de calculer l'indice de qualité de l'air diffusé, entre autres, sur le site Internet d'Airparif. Utilisées par des modèles, elles permettent de faire des cartes de pollution, et des prévisions de la qualité de l'air et d'épisodes de pollution. Ce sont ces informations qui sont reprises par France 3 Île-de-France dans son bulletin tous les jours.
Les stations de mesures détectent également les épisodes de pollution et Airparif relaye cette information aux autorités, aux médias et au public.
Les données de chaque station de mesure sont téléchargeables ici.