Titre Liens entre qualité de l'air et météo

D'un jour à l'autre, la pollution de l'air ambiant peut varier énormément (concentrations 5 à 20 fois supérieures à la moyenne). Ces variations s'expliquent en partie par la variabilité des émissions atmosphériques mais surtout par la complexité des phénomènes météorologiques qui contrôlent la dispersion des polluants ou au contraire leur accumulation. Prévoir la qualité de l'air est donc un exercice difficile puisqu'il doit prendre en compte l'ensemble de ces facteurs.
Ainsi, vent et pluie favorisent la dispersion, le brassage et le lessivage des polluants. En revanche, les situations anticycloniques persistantes (pression atmosphérique élevée, ciel dégagé et limpide, fortes températures) accompagnées d'une absence de vent au sol (inférieur à 2 m/s) et de situation dite d'inversion de température se traduisent par une concentration progressive des polluants émis au-dessus de l'agglomération.
Par chance, l'agglomération parisienne est située en plaine et bénéficie généralement d'un climat océanique pluvieux et venteux (vents d'Ouest dominants).

Le rôle de la météo, dispersif ou aggravant

Le rôle de la météo : aggravant ou dispersif

Le rôle du prévisionniste

La prévision est nécessaire pour informer quotidiennement le public et évaluer le risque de survenue d'un épisode de pollution pour le lendemain, afin que les autorités puissent mettre en place des mesures de réduction des émissions de polluants pour ce jour-là et diminuer ainsi le niveau de pollution.
Les prévisions sont élaborées chaque jour à partir de modèles développés ou utilisés par Airparif, prenant en compte les données météorologiques, les phénomènes physico-chimiques mis en jeu dans l'atmosphère, les transferts de pollution (par exemple l'ozone importé d'autres régions d'Europe), les données observées de pollution relevées par les stations, les données horaires d'émissions issues de l'inventaire francilien et des régions voisines. Les résultats des modèles sont un outil d'aide à la décision pour le prévisionniste d'Airparif qui doit prévoir chaque jour :

  • L'indice de qualité de l'air du jour et du lendemain et les concentrations maximales attendues sur l'agglomération pour les principaux polluants.
  • Les épisodes de pollution.

Cette prévision, à l'échelle inter-régionale est réalisée par la plate-forme de prévision Esmeralda qui fournit à Airparif et aux six associations des régions voisines des cartes de pollution prévues pour le jour même et le lendemain et pour différents polluants atmosphériques.


  • Les performances des prévisions d'indice diffusées par Airparif
    Les prévisions de l'indice Atmo faites par les prévisionnistes d'Airparif, du jour pour le lendemain, s'avèrent exactes à une classe d'indice près dans plus de 90 % des cas. Pour le jour même, ce taux de réussite monte au-dessus de 95%.

Deux situations propices aux épisodes de pollution


Toute l'année

Les anticyclones associés à des vents faibles contribuent à la formation d'un couvercle d'air chaud au-dessus de l'agglomération, appelé inversion de température. Il empêche la dispersion des polluants et favorise la stagnation et l'accumulation des polluants essentiellement primaires tels que les oxydes d'azote et les particules. Ces épisodes concernent l'agglomération parisienne.

Schéma de l'inversion de température

Lors d'une inversion de température, les températures en altitude sont plus élevées que celles au niveau du sol,
ce qui créé un couvercle d'air chaud sous lequel les polluants s'accumulent

En été

Les situations anticycloniques associées à un fort ensoleillement favorisent la transformation, sous l'action des rayons ultra-violets du soleil, de certains polluants (oxydes d'azote des gaz d'échappement, hydrocarbures et solvants) pour former de l'ozone et des particules. Les situations les plus problématiques concernent le plus souvent les zones rurales.