Titre Cartes Hor'AIR de pollution intégrant l'impact du trafic routier en temps réel

Sommaire


Cartes



Les cartes ci-dessous représentent l'indice journalier : le maximum journalier en dioxyde d'azote et ozone et la moyenne journalière en particules PM10 et particules fines PM2,5.

  • Des cartes plus précises, accompagnées d'un fond IGN, sont disponibles en cliquant sur le département de votre choix.

Ce site nécessite Adobe Flash Player, version 8 ou supérieure.
Get Adobe Flash player

Enjeu

Cartographier en temps réel les niveaux des polluants en tout point en intégrant l'impact des principaux axes routiers d'Île-de-France et synthétiser l'information sous forme d'une carte d'indice de qualité de l'air, tel est un des objectifs d'Airparif.

En effet, le trafic routier est une source majeure de pollution de l'Île-de-France et la qualité de l'air près des axes routiers en est fortement influencée : pour le dioxyde d'azote par exemple, en moyenne annuelle, les niveaux y sont jusqu'à deux fois plus élevés que les valeurs préconisées par la réglementation. Cette pollution est maximale au niveau des axes. Elle décroît fortement dans les 50 premiers mètres, puis diminue progressivement dans les dizaines de mètres suivants. La distance d'impact varie selon les polluants et les axes. Pour le dioxyde d'azote, elle peut atteindre 200m pour les axes les plus importants. Pour les particules, les distances d'influence observées sont de l'ordre de 100 m. Ces zones d'influence peuvent varier considérablement d'une heure à l'autre, les ordres de grandeur donnés ici sont évalués à partir de niveaux de pollution annuels.

Méthode de calcul

Une carte des concentrations est établie pour chaque polluant et pour chaque heure (dioxyde d'azote, particules PM10, particules PM2,5 et ozone). Une carte d'indice global est calculée ensuite, en s'appuyant sur la grille de l'indice européen Citeair (Afficher la grille de calcul de cet indice).

Les niveaux de dioxyde d'azote et de particules près du trafic peuvent varier considérablement d'un jour à l'autre et d'une heure à une autre de 1 à 6 fois les niveaux ambiants de l'agglomération en fonction des axes, de la densité du trafic, des conditions météorologiques et des autres sources de pollution influant sur les niveaux ambiants (chauffage en période hivernale par exemple).
L'ozone, polluant secondaire se caratérise par des niveaux de fond plus importants en zones périurbaine et rurale. Ce polluant n'est pas surveillé à proximité immédiate du trafic routier, les teneurs y étant faibles en raison de transformations chimiques.

Ce type de cartes est disponible depuis plusieurs années à l'échelle annuelle et chaque jour pour la veille, elles sont désormais déclinées à l'échelle horaire, en temps quasi-réel, pour l'ensemble de l'Île-de-France.

  • Nombre de points de calcul :
- 360 000 points de calcul avec le modèle de dispersion ADMS-Urban.
- 6 250 000 points utilisés pour cartographier l'ensemble de la région.

Il convient de noter que ces cartes constituent des sorties des outils numériques de modélisation et doivent donc être considérées comme telles. Ce système est en constant développement. Des évolutions visant à améliorer la présentation et la qualité des résultats seront apportées au fil du temps.

Perspectives

Ces simulations sont effectuées pour chaque heure, en temps quasi-réel, en utilisant au maximum les observations disponibles : données de trafic corrigées à partir des comptages réels, niveaux de pollution ambiante ajustés avec les mesures de pollution… Quant aux données météorologiques, elles proviennent des prévisions à court terme, réalisées la nuit précédente pour le jour à venir.
A terme, l'objectif est de diffuser les cartes horaires de prévision pour le jour même, tout en améliorant la précision et les temps de calcul.
L'objectif in fine est d'apporter une information sur les niveaux de pollution rencontrés par un piéton ou un cycliste le long de son trajet. Ces informations seront consultables sur son téléphone mobile (évaluation pendant un trajet en cours) et sur Internet (estimation pour différents parcours). Ces éléments peuvent en effet permettre de modifier son parcours pour limiter son exposition à la pollution. L'application Airparif Itiner'AIR sortira à l'automne 2016.